RDV téléphonique gratuit Devis sur mesure

Vietnam - Cambodge - Laos - Thaïlande - Birmanie

Tan Dà (1888-1939): Poète de l’alliance des monts et des eaux (partie 1)

Les Rencontres Auguste Pavie nous réservent bien des surprises. Qui aurait cru que le célèbre explorateur français eût rencontré notre poète vietnamien Tan Dà ? Et pourtant, entre ces deux esprits apparemment sans commune mesure, existait une triple rencontre : dans le temps, l’espace et l’élan poétique. L’année de la découverte par Pavie de la Rivière Noire, affluent du Fleuve Rouge auTonkin, coïncide avec l’année de la naissance de Tan Dà : 1888. Et cette Rivière Noire ou Dà en appellation vietnamienne, est un élément du site natal de notre poète, élément qui se joint à un autre du même site, le mont Tan, pour donner le nom de plume Tan Dà au poète Nguyen Khac Hiêu, comme il en témoigne dans ce quatrain autobiographique.

 
Envoyer à vos amis Imprimer
Van chuong thoi nom na           Mon œuvre littéraire est en langue vulgaire
Thu choi co son hà                   Pour plaisir et loisir, fai les monts et rivières
Ba Vi o truoc mat                      Ba Vi est devant moi
Hac Gang ben canh nhà :         Et à côté, la Rivière Noire :
Tan Dà !                                    Tan Da ! 

Ba Vi ! Aurait-on évoqué le nom de Pavie ? En fait c’est le nom vernaculaire du mont Tan. N’est-ce pas curieux cette coïncidence phonétique, et sous la plume même de Tan Dà ? Mais le plus frappant, c’est l’élan poétique et même géo-poétique qui rapproche les deux personnalités. En effet, à la vue de la Rivière Noire,Auguste Pavie s’exclama avec une effusion lyrique : « 3 mars 1888. Cest la Rivière Noire ! Quel bonheur j’éprouve, je vais avant tous relever son cours et la faire connaître. » Ainsi commence le chapitre « Sur la Rivière Noire » dans A la conquête des cœurs par Auguste Pavie (éd. Bossard, Paris, 1921, p. 168-187). Et l’explorateur de s’extasier dans une tirade dithyrambique : « Cours d’eau mystérieux qui m’as tant séduit avant d’être vu !  Le nom que tu aux hautes falaises qui, en maints endroits, surplombant ton lit te nuancent d’ombre, évoque à l’esprit l'ideé de ténèbres! Ennobli par l’âge, il date des temps archi-séculaires où un géographe, poète chinois, nomma « Rouge » et « Claire » les rivières tes sœurs, appela « Bleu », « Jaune » les fleuves au Nord... » L’amour des monts et des fleuves anime l’explorateur comme le poète, chacun dans sa voie spécifique de développement des relations humaines et culturelles.
En s’identifiant aux éléments formateurs de son pays, terre et eau, monts et fleuves, Tan Dà s’est proposé de vouer au pays lui-même, désigné en vietnamien par les mêmes expressions, un cœur indéfectible et une plume multiforme à son service :
Non sông thê voi hơi vơi                         Que le mont et le fleuve attestent mon serment
Quyêt dem but sat ma mai long son       D'assumer sans faillir ma tâche d'aiguiser                                            
                                                               Cette plume d'acier sur mon cœur de cinabre.
Pour explorer plus de choses dans le monde, veuillez visiter le site: www.circuit-vietnam-cambodge.com
Ou si vous avez déjà l'intention de voyager en Asie, le site ci-dessous pourrait vous aider: http://www.circuit-cambodge.com/tours/Experience_d_Angkor_et_culture_de_Khmer_5_Jours_4_Nuits.html
Mettre à jour : 28-03-2018
Appréciations par VIDÉO
Aide en ligne
Yahoo Support
Skype Support
Hotline : +84 912 264 631
--------------------------------------
Pourquoi Nous ?
1.    Agence locale - sans intermédiaire

2.    Voyage authentique

3.    Disponible 24/7

4.    Réponse prompte

5.    Engagements qualité

6.    Sérénité et garanties

7.    Flexible et personnalisé

Témoignages

Découvrez les témoignages de nos voyageurs. Ils reviennent de voyage et vous font part de leurs avis et de leurs impressions.
Nouvelles
Tan Dà (1888-1939): Poète de l’alliance des monts et des eaux (partie 1)
Van chuong thoi nom na           Mon œuvre littéraire est en langue ...
Visiter le coucher de soleil à l’île de Phu Quoc
L’ombre du soir décline lentement sur les grands arbres qui, sous l’effet de la lumière du ...